Comprendre le trouble bipolaire chez l’enfant

Sep 13, 2017 par

Les troubles bipolaires, caractérisés par une alternance de phases de dépression et de phases d’euphorie, peuvent aussi toucher les enfants. L’existence de ce trouble chez les plus jeunes est désormais clairement admise par la communauté scientifique.

Existence des troubles bipolaires chez l'enfant

L’enfant bipolaire

Une récente analyse incluant près de 16 222 jeunes de la population mondiale, âgés de 7 à 21 ans a rapporté un taux global de cas de trouble bipolaire de 1,8%. Ce trouble est présent dans tous les pays du monde et le nombre de cas n’est pas différent de celui des adultes (1 à 5%). De la même manière que chez les adultes, la maladie est plus fréquente chez les hommes que chez les femmes.

Comme dans de nombreux troubles mentaux, il existe divers facteurs suspectés d’être à l’origine de la maladie bipolaire. Selon les scientifiques, le stress, la génétique, la consommation d’alcool ou de drogues ainsi que certains mécanismes biologiques sont les principaux d’entre eux.

En effet, le stress jouerait un rôle dans le développement du trouble bipolaire chez l‘ enfant. Plus précisément, c’est la façon dont le jeune répond à un stress important qui semble déterminante. Ainsi, les petits grandissant dans des situations stressantes paraissent plus enclins à développer la maladie. De plus, un enfant issu d’une famille bipolaire est plus susceptible de développer le trouble également, bien que tous les enfants avec un parent atteint ne soient pas forcément bipolaires. La consommation d’alcool ou de drogues par un jeune en plein développement majore, sans surprise, le risque de développer un trouble bipolaire. Enfin, certaines différences biologiques peuvent augmenter le risque de contracter la maladie. Par exemple, des différences d’activité cérébrale chez les bipolaires ont d’ores et déjà été mises en évidence par les chercheurs.

Les symptômes du trouble bipolaire et leur sévérité varient d’un individu à un autre. Au cours d’un épisode de manie,  au moins 3 des éléments suivants doivent être présents : conversation inhabituelle, optimisme anormal, réactions nerveuses, augmentation de la distractibilité, estime de soi augmentée, pensées incontrôlées et rapides, mauvaise prise de décision et diminution du besoin de dormir ou difficulté à dormir.

Pendant les périodes dépressives, au moins 5 des symptômes suivants doivent être constatés : insomnie ou hypersomnie (le patient dort trop), tristesse, dévalorisation, sentiment inapproprié de culpabilité, comportement ralenti, manque d’intérêt pour les activités, fluctuation de poids, diminution ou augmentation de l’appétit, agitation, fatigue, manque d’énergie, pensées suicidaires, difficultés à réfléchir ou à se concentrer.

Par ailleurs, il n’est pas rare qu’un enfant souffrant de trouble bipolaire ait d’autres problèmes de santé mentale, notamment un trouble anxieux, un trouble de l’alimentation (anorexie par exemple), un autisme, une hyperactivité, une dépendance à l’alcool ou à la drogue ou encore des problèmes de santé (par exemple l’obésité). Dans certains cas, l’existence d’un ou plusieurs de ces autres troubles aggrave la maladie bipolaire et rend son traitement moins efficace.

Aider un enfant bipolaire

Les symptômes du trouble bipolaire chez le jeune sont souvent très difficiles à identifier, avec un diagnostic, par conséquent, compliqué. D’une part, les enfants et les adolescents ont une humeur changeante de manière naturelle, bien que ces oscillations d’humeur soient moins prononcées que lors de la maladie. En effet, les symptômes passent souvent aux yeux des parents et de l’entourage du petit patient comme un processus normal de son développement. D’autre part, divers autres troubles mentaux, stress ou traumatismes peuvent provoquer les mêmes signes.

Lorsque le diagnostic a pu être établi, le trouble est traité par une combinaison de médicaments visant à maîtriser les symptômes. Cependant, le médecin peut avoir besoin d’essayer différentes associations ou médicaments avant de trouver la thérapie la plus efficace pour son patient. L’organisme en plein développement des jeunes est susceptible d’influer sur l’efficacité du traitement, ainsi une surveillance régulière avec un ajustement si besoin est nécessaire.

Aider un enfant atteint de trouble bipolaire est une chose difficile et bien souvent frustrante. Pourtant, il est primordial que les parents et l’entourage de l’enfant lui fournissent un environnement stable et rassurant afin que le patient se sente en sécurité. Les mesures suivantes peuvent ainsi être adoptées :

  1. Etre patient et compréhensif sur les changements d’humeur ;
  2. Suivre et soutenir l’enfant dans la prise de traitement ;
  3. Encourager la communication en restant à l’écoute et en posant des questions ;
  4. Rester positif sur les traitements tout en écoutant les inquiétudes que l’enfant peut avoir par rapport aux médicaments et à leurs effets secondaires ;
  5. Encourager et aider le patient à s’amuser.

Trouver le bon traitement peut prendre un peu de temps, mais les efforts de l’entourage ne sont pas vains. Un environnement familial favorable peut aider l’enfant ou l’adolescent à mieux gérer et accepter ses symptômes.

Charline D, Pharmacien

– Bipolar disorder in children : risk factor and symptoms. MedicalNewsToday. Le 01 septembre 2017.
– Trouble bipolaire de l’enfant et de l’adolescent. Chapitre E.2 Trouble de l’humeur. Manuel de l’IACAPAP pour la Santé Mentale de l’Enfant et de l’Adolescent. – Consulté le 06 septembre 2017.
Charline D.

Pharmacienne.

Spécialiste dans le domaine des essais cliniques et passionnée de neurologie.

Aime le sport et la mode.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.