Un risque avéré pour les jeunes consommateurs de cannabis

Dec 14, 2017 par

On savait déjà qu’il existait un lien entre la consommation de cannabis et le risque d’apparition de la schizophrénie. Mais cette drogue joue-t-elle également le rôle de facteur aggravant dans la survenue des troubles bipolaires ? En étudiant les données disponibles de plus de 3300 jeunes, une équipe de chercheurs britanniques a montré que fumer du cannabis très régulièrement pendant l’adolescence augmente le risque d’apparition des symptômes de bipolarité dès l’âge de 22 ans.

Hypomanie - risque - cannabis

Une relation dose-effet du cannabis

Des études cliniques et épidémiologiques ont montré qu’il existe un lien entre la consommation de drogues et les troubles psychiatriques tels que la schizophrénie. Cependant, le lien entre la consommation de cannabis et le développement de symptômes bipolaires au fil du temps avait été insuffisamment étudié jusqu’à présent.

Partant de ce constat, l’équipe de Steven Marwaha, psychiatre clinique à l’université de Warwick de Coventry a collecté les données d’une étude de cohorte de naissance au Royaume-Uni.

Avec cette base d’informations médicales, les chercheurs ont mesuré la relation entre le fait d’être fumeur régulier de cannabis à l’âge de 17 ans et le risque de survenue d’hypomanie à l’âge de 22 à 23 ans.

À savoir ! L’hypomanie est la forme atténuée de la manie. Elle est caractérisée par une euphorie, une excitation intellectuelle et physique et une réduction du besoin de sommeil pouvant conduire à des insomnies.

L’étude a révélé que l’utilisation du cannabis, au moins deux ou trois fois par semaine, était un facteur prédictif important de l’hypomanie au début de l’âge adulte.

La relation entre la consommation de cannabis chez les adolescents et l’hypomanie dépend de la dose de cannabis consommée quotidiennement, mais aussi du genre puisque le lien de « cause à effet » est davantage retrouvé chez les jeunes hommes.

En analysant ces données sous l’angle de la statistique, les chercheurs se sont aussi rendus compte que les participants ayant subis des abus physiques ou sexuels durant l’enfance ont plus de risque de développer une hypomanie.

Ainsi, la consommation de cannabis à l’adolescence peut être l’un des comportements expliquant pourquoi on observe un lien important entre la maltraitance infantile et la survenue de la psychopathologie du trouble bipolaire.

Le rôle de la maltraitance infantile

D’autres études ont déjà montré comment les enfants ou jeunes adolescents victimes de maltraitances ont une probabilité plus importante de consommer du cannabis.

De plus, une étude réalisée en 2014 par une équipe de chercheurs franco-norvégiens sur 587 patients atteints de troubles bipolaires, avait déjà montré des effets cumulatifs de la maltraitance infantile et de l’abus de cannabis sur le risque d’apparition de ces troubles de l’humeur.

Ici, en analysant leurs données sous l’angle de la statistique, les chercheurs anglais ont montré, une fois de plus, que les participants ayant subis des maltraitances pendant l’enfance ont plus de risque de fumer du cannabis à l’adolescence.

Ils estiment donc que, chez ces individus abusés pendant l’enfance, le risque plus accru de développer une bipolarité serait lié à une consommation fréquente du cannabis.

Perspective d’études

Dans cette étude, les chercheurs s’interrogent sur les mécanismes neurochimiques qui sont responsables de ce lien entre consommation de cannabis et apparition d’hypomanie.

Des études neurobiologiques indiquent que le cerveau est particulièrement vulnérable aux effets de la consommation de cannabis pendant l’adolescence en :

  • Ajustant la sensibilité du système de récompense ;
  • Interférant dans les processus de connexions des neurones.

À savoir ! Le système de récompense est un système fondamental des mammifères, situé dans le cerveau. Il est indispensable à la survie car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation de comportements permettant de préserver l’individu et l’espèce. Certains psychotropes, comme l’alcool ou les opioïdes, agissent directement sur ce système.

Des études complémentaires soulignant l’implication du cannabis dans la bipolarité devront être réalisées prochainement.

– Teen marijuana use may lead to bipolar symptoms later on. Medical News Today. Ana Sandoiu. Le 4 décembre 2017.
– Cannabis Use and Hypomania in Young People: A Prospective Analysis. Schizophrenia Bulletin. S.Marwaha et al. Le 28 novembre 2017.
Julie P.
Journaliste scientifique.
Spécialiste de l'information médicale.
Passionnée par l'actualité scientifique et les nouvelles technologies.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.