Aripiprazole en injection mensuelle pour soigner les troubles bipolaires ?

Nov 30, 2017 par

Souffrir de troubles bipolaires implique généralement la prise quotidienne de médicaments régulateurs. Ce suivi n’est pas toujours bien compris ou accepté par le patient. Or, l’observance est l’une des clefs de la réussite du traitement. Des chercheurs américains se sont penchés sur l’efficacité d’une injection mensuelle d’aripiprazole chez des malades bipolaires, en remplacement d’une prise orale journalière. Résultat…

Aripiprazole en injection

Aripiprazole oral versus injectable

L’aripiprazole est un antipsychotique ; il est utilisé pour soigner la schizophrénie et traiter ou prévenir les épisodes maniaques du trouble bipolaire de type I. Il agit en modulant l’activité de neuromédiateurs du système nerveux : la dopamine et la sérotonine.

Le médicament princeps (le premier commercialisé) est l’ABILIFY ® (laboratoire OTSUKA). De nombreux génériques sont aussi disponibles. L’aripiprazole existe en comprimé ou en injection :

  • Pour la forme orale, la dose journalière se situe entre 15 et 30 mg pour un adulte ;
  • La forme injectable n’est indiquée que pour le traitement de la schizophrénie. Les seringues contiennent 300 ou 400 mg d’aripiprazole (ABILIFY maintena®). Elles sont dites de « longue action », car, grâce à un solvant spécial, l’effet d’une seule injection se fait sentir plusieurs semaines.

Actuellement, l’aripiprazole en injection n’est donc pas préconisé dans les troubles bipolaires contrairement à la forme orale ; des chercheurs américains ont voulu tester l’efficacité d’une injection mensuelle pour prévenir les épisodes maniaques des patients bipolaires de type I.

A savoir ! Les effets secondaires les plus fréquents d’une injection d’aripiprazole incluent : une douleur au point d’injection, de l’anxiété, une insomnie ou au contraire une somnolence, des maux de tête, une prise de poids, des troubles du rythme cardiaque, de l’hypertension…

Moins d’hospitalisations

L’étude avait pour but d’étudier l’efficacité d’un traitement de fond avec une injection mensuelle de 400 mg d’aripiprazole sur des patients bipolaires de type I ayant développé un épisode maniaque.

À savoir ! On distingue 2 types principaux de maladie bipolaire. Le type I présente des phases maniaques et des phases mixtes (épisodes maniaques et dépressifs dans la même journée). Le type II se caractérise par des épisodes dépressifs majeurs et au moins un épisode hypomaniaque (phase d’euphorie moins prononcée que la phase maniaque typique).

Les malades étaient d’abord stabilisés avec des comprimés d’aripiprazole, puis recevaient ensuite une injection mensuelle d’aripiprazole ou un placebo.

Il a ainsi pu être démontré que les symptômes de ces patients étaient améliorés grâce au traitement par aripiprazole comprimé, et que cette amélioration perdurait lorsqu’ils passaient aux injections (ce qui n’était pas le cas sous placebo). Le délai entre l’épisode maniaque et une nouvelle hospitalisation pour trouble de l’humeur était notamment allongé grâce aux injections d’aripiprazole 400 mg.

Les auteurs de l’étude soulignent qu’aripiprazole est le premier antipsychotique à avoir montré une efficacité en injection mensuelle dans le traitement d’entretien des phases maniaques du trouble bipolaire de type I.

Isabelle V., journaliste scientifique

Symptoms and functioning with aripiprazole once-monthly injection as maintenance treatment for bipolar I disorder – JR Calabrese et al – Journal of affective disorders, February 2017 Volume 227, Pages 649–656. Doi : http://dx.doi.org/10.1016/j.jad.2017.10.035
Isabelle V.

Journaliste scientifique

Passionnée de recherche clinique et pharmacovigilance.

Garde un penchant pour nos amis à quatre pattes.

Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.


Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.